Juste un jour comme un autre

English below

Juste un jour comme un autre, infiniment sans rapport avec le précédent. Le temps se compresse et s’allonge, charrie joies simples et solitudes profondes, il est palpable et diffus, il se compte et se décompte. Même mon journal de terrain perd sens de la linéarité : certains jours sont absents, d’autres racontent de vieilles histoires. Je ne sais plus bien quand je suis devenu un touriste, ni quand je me suis enfui de cette boîte qui ne me fera pourtant pas de concessions, quand comme beaucoup ici je déclarerai subitement : “ma vie est ailleurs”, prenant l’hélicoptère suivant. Depuis cette semaine, je ne suis plus dans la Guesthouse, la maison des touristes, j’ai même acheté une tripotée de rouleaux de papiers-toilettes ce matin. Que faut-il de plus ? J’aurai bien pris un peu d’eau courante, mais je fais désormais partie des sans-eau. À vrai dire, je suis peut-être le seul, une belle enquête en perspective ! Du coup, je vais chercher l’eau à la station des pompiers – qui n’ont pas vus flammes depuis cinq années cela dit en passant. Chaque goûte d’eau qui ricoche sur ma doudoune gèle instantanément. J’ai appris un peu avec stupéfaction qu’il faisait -7°C aujourd’hui, mais je range encore les journées dans “it’s quite warm” et je vois bien le désespoir dans les zip de mes vêtements techniques. J’ai peut-être perdu quelques repères au passage, but I feel home now.

– Just a day like any other

Just a day like any other, infinitely different to the previous one. Time compresses and lengthens, brings simple joys and deep solitudes, hard to catch and to measure with saliency. Even my field journal loses its linearity: some days are missing, others tell old stories. I don’t know when I became a tourist, nor when I ran away from this box that won’t make any concessions to me, when, like many here, I will suddenly declare: “my life is elsewhere”, while taking the next helicopter. Since this week, I am no longer in the Guesthouse, the house of the tourists, I even bought a bunch of toilet paper rolls this morning. What more do I need? I would have taken some running water, but I am now one of the waterless. To tell the truth, I may be the only one, a nice investigation in perspective! So I go to the fire station to fetch water – stories tell that firemen haven’t seen any fire in five years. Every drop of water that ricochets off my jacket freezes instantly. I was a bit stunned to learn that it was -7°C today, but I still put the days in “it’s quite warm”. I may have lost a few bearings in the process, but I feel home now.